La période intérimaire

 

     

Le peuple Juif a aspiré à son retour en Terre d’Israël et son Indépendance, depuis la destruction de Jérusalem par les Romains en l’an 70 et en 135 et l’exil de sa population, et voilà qu’avant même la création d’un Etat Juif Indépendant, les autorités nationales juives émettent des timbres-poste et des cachets d’oblitération. Pour tous, c’est le premier symbole d’une Indépendance, c’est aussi le premier souvenir que l’on veut avoir chez soi, philatéliste ou pas, c’est la précipitation vers les bureaux de poste, les souvenirs philatéliques seront nombreux.

 

En Palestine on est encore loin de l’ère du téléphone qui est rare, les numéros sont à quatre chiffres dans les trois grandes villes, et à deux chiffres pour les agglomérations Le moyen de communication principal dont dispose la population est la poste, celle ci depuis avril est bien éphémère, le Mandat britannique ayant avisé le public de la suspension progressive de ses services. Depuis plus de deux semaines il n’y a plus de courrier avec les kibboutzim et moshavim. Pour l’autorité juive, il est indispensable d’assumer le fonctionnement normal du pays, et notamment le rétablissement du service postal. L’émission de ces timbres est principalement un acte de caractère national, mais aussi permet d’assumer les frais de fonctionnement de la poste. Pour le public c’est le moyen d’affranchir le courrier  remis à la poste.

 

Le rétablissement du service postal est important, même s’il est limité au courrier de l’intérieur seulement. Dans la situation de guerre civile qui perdure depuis quelques mois et les signes annonciateurs d’une future guerre, la population a besoin de communiquer avec ses amis et ses proches, grâce à la poste ils peuvent obtenir des nouvelles toutes fraîches.  Par ailleurs, la vie continue ‘normalement’ même si elle est fortement ralentie compte tenu de la situation. Le courrier des banques, des assurances, du commerce, de l’industrie et autres, à destination des moshavim et kibboutzim est suspendu depuis deux semaines au moins, enfin il peut être expédié par la poste !

 
Courriers de la période intérimaire (collection Pierre Saussus)
 

Pour les philatélistes, cette période présente une large gamme de collections : des timbres avec différents types et couleurs de surcharge, des oblitérations des divers bureaux de poste, et enfin des lettres d’histoire postale. Toutefois il est nécessaire que les philatélistes de tous niveaux apprennent à distinguer :

 

 

les timbres poste de cette période des nombreux faux qui ont été fabriqués.

 

les lettres qui ont été réellement acheminées par la poste des souvenirs philatéliques, et surtout qu’ils écartent les nombreuse fausses lettres fabriquées pour tromper les collectionneurs.

 

Raphael Livnat in Minhelet Haam, éditions du CFPI

 

Accueil